Moony Mood INDRETTE Noir c62N6QlGOf

5B4bO9Ba6r
Moony Mood INDRETTE Noir
Description La créativité est à l’honneur chez Moony Mood qui dévoile un nu-pieds noir. Des brides en textile et une semelle extérieure en synthétique : voici comment se compose ce modèle. Cette chaussure séduit par sa semelle de propreté en synthétique et sa doublure en synthétique très confort ! Son talon de 7 cm révèle un style féminin et raffiné. Composition
  • Tige : Textile
  • Doublure : Synthétique
  • Semelle int. : Synthétique
  • Semelle ext. : Synthétique
  • Dimensions
  • Hauteur du talon : 7.0cm
  • Moony Mood INDRETTE Noir Moony Mood INDRETTE Noir Moony Mood INDRETTE Noir Moony Mood INDRETTE Noir Moony Mood INDRETTE Noir Moony Mood INDRETTE Noir
    Panier 0 Produit Produits (vide)

    Panier

    Aucun produit

    Livraison Livraison gratuite !
    Taxe 0,00 €
    Total 0,00 €

    Les prix sont TTC

    Commander

    Produit ajouté avec succès à votre panier

    Quantité
    Total

    l y a 0[/ 1] articles dans votre panier. Il y a 1 article dans votre panier.

    Total (ttc)
    frais de port (ht) Livraison gratuite !
    Taxe 0,00 €
    Total (ttc)

    Continuer mes achats

    Commander
    Sneaker rose Mustang
    Citrouille et Compagnie HELLOFI Marron
    Conseils Pratiques en MLM

    Vous avez besoin d’une source de revenu complémentaire, et vous cherchez de nouvelles possibilités pour arrondir vos fins de mois . Le MLM en est une assurément, si vous savez garder la tête froide.

    nouvelles possibilités pour arrondir vos fins de mois

    Vous avez en effet, entendu parler du MLM, comme complément de revenu mais vous ne savez pas par où commencer.

    Rassurez-vous, vous n’avez pas besoin d’être un professionnel du marketing, ni d’être un vendeur né, pour réussir dans le marketing relationnel, et vous faire de l’argent, même beaucoup d’argent , comme certains.

    Le MLM, un complément de revenu à temps choisi

    Le marketing multi-niveaux peut vous aider à gagner plus d’argent. Mais gardez à l’idée, qu’il s’agit d’un investissement, et que rien, ne se fera du jour au lendemain.

    Les résultats vous générant un revenu complémentaire ne seront pas immédiats. Mais si vous travaillez progressivement et régulièrement, vous devriez voir les fruits de votre investissement, dans un délai plus que raisonnable .

    voir les fruits de votre investissement, dans un délai plus que raisonnable

    Si vous êtes dans l’urgence absolue, autant vous dire, que cette activité n’est pas faite pour vous. Et préférez dans ce cas-là, un travail d’appoint, en tant que salarié, qui vous apportera immédiatement l’argent dont vous avez besoin.

    Le MLM vous permet de créer votre propre entreprise sans vous ruiner . Vous êtes alors dans le monde de l’entrepreneuriat, et non plus du salariat. Il peut y avoir un certain délai pour le démarrage, une mise en route tout à fait normale lors de la création d’entreprise.

    Le MLM vous permet de créer votre propre entreprise sans vous ruiner

    Mis à part l’investissement qui est souvent modique, quelques centaines d’euros seulement, vous devez aussi vous former . Et cela prend un peu de temps.

    vous devez aussi vous former

    Si vous souhaitez vraiment réussir, il est plus que recommandé de vous investir dans un programme d’auto-apprentissage, avant de vous lancer à corps perdu dans la diffusion de vos produits ou services.

    suivre les formations
    7809 personnes appuient cette campagne sur un objectif de 10000

    Now MOVIDIA Noir / Argenté 19E38m

    CLIQUEZ ICIJ'appuie la campagne !Pour une assurance médicaments 100 % publique !

    Ce que certaines personnes croient…

    « Nous avons déjà au Québec une assurance publique pour les médicaments. »

    Le régime public actuel n’est pas suffisant : il offre une couverture seulement à 43 % de la population, ce qui empêche le gouvernement de contrôler les coûts des médicaments qui explosent, tant dans le régime public que dans les régimes privés.

    Plus…

    Le régime public d’assurance médicaments que nous avons au Québec depuis 1997 ne couvre que 43 % de la population. La majorité des Québécois sont couverts par des régimes d’assurance privés. Conséquences ? Des coûts qui explosent et des problèmes d’accès aux médicaments ! Le régime actuel (public-privé) retire au gouvernement son pouvoir de négociation avec l’industrie pharmaceutique. Ayant comme résultats que :

    Nous pouvons et devons faire autrement.

    « Les finances publiques ne nous le permettent pas : le Québec est déjà en déficit ! Ce serait irresponsable ! »

    C’est le contraire qui serait irresponsable. Le gouvernement du Québec peut économiser jusqu’à un milliard de dollars en contrôlant beaucoup mieux le coût des médicaments. Couper dans nos services publics n’est pas une nécessité. Au contraire, nous pourrions même mieux les financer, ce qui serait rentable pour tout le monde !

    Plus…

    Réformer notre régime d’assurance médicaments serait rentable dès la première année d’application !

    Rentable pour les consommateurs :

    Une étude de la firme Daméco , en 2014, démontre qu’une assurance entièrement publique permettrait de retourner plus de 330 millions de dollars annuellement dans les poches des consommateurs de médicaments québécois. Cette étude démontre aussi qu’un tel régime entièrement public apporterait des gains d’efficacité dans le système de santé et sur le marché du travail et pourrait s’implanter à coût nul pour le gouvernement.

    Rentable pour les finances publiques :

    Le chercheur et professeur Marc-André Gagnon estime que le Québec aurait pu économiser 828 millions de dollars, en 2014, grâce à l’adoption d’un régime entièrement public. Ça représente une économie de 11 % des dépenses totales en médicaments dans la province (7,5 milliards de dollars). D’autres études montrent des économies variant entre 1 et 3 milliards de dollars, selon les mesures mises en place pour contrôler les coûts (par exemple : l’abolition des politiques industrielles favorisant l’industrie pharmaceutique). A-t-on les moyens de se passer de ce régime alors que le gouvernement Couillard légalise les frais accessoires et répète, depuis son élection en 2014, que c’est la « rigueur dans les finances publiques » qui l’oblige à couper les services dans les écoles et dans le système public de santé ?

    « J’ai déjà une assurance collective pour ça, je ne veux pas la perdre ! Et surtout ne pas payer plus cher pour mes médicaments ! »

    Vous ne perdrez rien. Au contraire, avec la réforme proposée, nous ferons tous des économies, nous serons tous gagnants, individuellement et collectivement.

    Plus…

    Les primes annuelles payées par les assurés des régimes privés se situent entre 650 $ et 1 500 $ par personne, dont environ 80 % de ce montant serait consacré aux médicaments ! Avec un seul régime entièrement public, ces personnes seraient désormais couvertes par le régime gouvernemental, mais leurs primes seraient réduites et leurs médicaments moins chers ! Selon la firme Daméco , la prime moyenne d’un régime entièrement public pourrait s’élever à 442,50 $. Les régimes d’assurances collectives pourraient continuer d’offrir les garanties d’assurance vie, d’assurance invalidité, la couverture des massages, etc. Les employeurs qui cotisent actuellement au régime d’assurances collectives de leurs employés pourraient donc continuer de le faire. Personne n’y perdra avec la réforme proposée, au contraire !

    « C’est un projet irréaliste. C’est plus facile à dire qu’à faire ! »

    FAUX. À part les États-Unis, tous les autres pays développés offrent une telle couverture publique favorisant l’accès aux médicaments prescrits pour l’ensemble de la population, ce qui leur permet de payer leurs médicaments beaucoup moins chers.

    Carbon Carbon Blacra Adidas Originals Pharrell Williams Tennis Hu C Gris

    Des pays comme la France, le Royaume-Uni, la Suède, l’Australie et la Nouvelle-Zélande possèdent un tel régime public. Leurs médicaments coûtent de 16 % à 40 % moins cher qu’au Québec et leur indexation annuelle est de 2 à 3 fois moins élevée.

    De nombreuses études sérieuses démontrent que le Québec devrait se rallier au plus vite dans les rangs des pays qui ont un tel régime. Plus de 410 spécialistes, groupes communautaires et syndicaux du Québec appuient déjà l’idée. (Votre organisme veut appuyer ? Azzaro EKIMOZ Noir
    ). Même M. Jean Rochon, ministre de la Santé et des Services sociaux, qui a mis en place le régime hybride actuel (public-privé) en 1997, affirme maintenant que la prochaine étape logique est de le rendre 100 % public.

    Quant au Commissaire à la santé et au bien-être, il considère que Québec doit agir sur la question. Dans son rapport Les médicaments d’ordonnance : Agir sur les coûts et l’usage au bénéfice du patient et de la pérennité du système , déposé en mars 2015, il écrit que « le gouvernement ne peut faire abstraction des arguments en faveur d’une couverture publique universelle des médicaments ».

    • Suivez-nous sur

    Tous droits réservés TC Media © 2017

    Médias Transcontinental S.E.N.C. 1100 boul. René-Lévesque Ouest, Montréal, QC H3B 4X9 (514) 392-9000